Bref, je suis confiné / C'est la vie.

Dernière mise à jour : 3 févr.

Concours organisé par Bibliothèque de la ville du Haillan. 28 Mars 2021.

 

Aux prémisses du printemps, je commençais à croire que ce confinement représentait une véritable bénédiction.

Rester à l’état naturel, presque sauvage. Ne plus se préoccuper du regard des autres.

Apprécier l’instant présent. Une certaine forme de liberté se profilait avec bonheur.


Bien entendu, quelques concessions s’imposaient.

Le rythme intensif des journées, accentué par des nuits durant lesquelles mes yeux se posaient sur les fenêtres éteintes des immeubles voisins. Quel synchronisme m’aurait donc fait croiser un autre être humain à ces heures que personne ne vit en temps normal?


Les tâches méticuleusement répertoriées sur une liste impliquaient un dévouement de chaque instant pour ne jamais faillir.

Le plaisir de cocher chaque étape accomplie ponctuait les jours chauds de l’été.


Fuir les pathogènes menaçants, oublier les activités qui me construisaient autrefois, connaître chaque recoin de mon appartement, feindre de me perdre dans le même parc chaque jour.


Bref, j’étais confinée.


Les jours devenaient des mois. Sans sortie, sans folie.

La vie pourtant continuait, l’écran restait ma seule porte ouverte sur la frénésie du monde extérieur.

D’autres femmes comme moi tourbillonnaient dans un quotidien détaché du reste du monde.


Au détour du nouvel an suivant, j’en pris enfin conscience.

Cet épisode que je regarde derrière moi avec tendresse, fut bel et bien un tournant de mon existence. Car ce congé maternité a créé des liens et un amour indéfectibles.

C’est la vie !


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout