Bref, je suis confiné / La lumière, enfin.

Concours organisé par Bibliothèque de la ville du Haillan. 28 Mars 2021.

 

Il fait noir.

L’impression d’être emmuré vivant m’oppresse constamment.

Mon horloge interne m’indique que le temps passe.

Personnellement, je trouve qu’il passe plutôt lentement.

Mais j’avoue que ma perception temporelle me joue des tours.


Chaque jour compte : de nouvelles expériences couplées à de nouvelles compétences que je développe par la force des choses, enrichissent mon quotidien.

Heureusement, quand je me sens trop engourdi, je romps la monotonie du lieu avec quelques exercices qui me divertissent autant qu’ils me font travailler physiquement. Je rêve d’une piscine olympique.


Mon corps évolue lui aussi. Je grossis de jour en jour et me métamorphose. Je me demande bien à quoi je ressemblerai dans quelques mois.

Et lorsqu’il faudra se montrer aux autres - eux aussi attendent impatiemment les fameux repas de famille - que diront-ils? Leur plairai-je ?


Les bruits au dehors, bien que feutrés, alternent avec des silences assourdissants.

Je ne sais même plus toujours distinguer le jour de la nuit.

Et constamment ce bruit régulier, comme si l’on martelait à la porte, emplit mes oreilles et ma tête. Boum-boum. Boum-boum.

La proximité des voisins a ses inconvénients.


Mon esprit parfois ballotté, parfois au repos ne cesse d’imaginer un monde différent.


Bref, je suis confiné. Physiquement et moralement.


Aujourd’hui, je n’en peux plus, mes poumons réclament de l’air.

Il fait décidément trop sombre et humide là-dedans.

Des mois calfeutré dans un espace trop restreint ont poussé ma patience et mon corps vers la sortie. Ou est-ce une étincelle de claustrophobie?



La lumière, enfin : quelle claque !


Les mains expertes de l’obstétricien m’extirpent d’un monde pour en découvrir un nouveau.


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout